Ippon Shobu

Qu'est ce que ce tournoi de karate traditionnel ?

Ippon Shobu
Le championnat Ippon Shobu est un tournoi de karate traditionnel.
De nos jours, les techniques de karate ressemblent de plus en plus à de la gymnastique, en raison des nouveaux règlements de compétition destinés à des jeux et concours divers. Dans le système shobu, les critères sont basés sur l’obtention de plusieurs points au cours du combat, tandis que dans le système ippon shobu, c’est la qualité maximale d’une seule technique qui est recherchée.

Pour le «jugement», il faut chercher le sundome, à savoir l’arrêt et le contrôle de la technique, car toucher l’adversaire peut provoquer un accident grave. Il est évident que pour exercer ce contrôle, rechercher et atteindre la plus haute qualité de la technique est indispensable. Cette technique provient des combats de samourai, que les combats de karate rejoignent par de nombreux aspects :

• les pieds et les mains devraient être aussi dangereux qu’un sabre, un niveau que l’on ne peut atteindre qu’avec un entraînement assidu et de nombreuses répétitions des kihon (techniques de base);

• les techniques légères ne sont que des techniques acrobatiques, comme celles qui seraient utilisées dans un show: elles sont beaucoup trop exagérées et n’amènent justement pas à l’attribution de points;

• dans ce type de combats, toucher peut provoquer un accident très sérieux; c’est pourquoi la décision ne porte que sur ippon: le point est marqué ou non, le combattant a gagné ou perdu. L’importance de la seule technique utilisée doit primer et le compétiteur doit faire preuve d’une très grande maîtrise de cette technique dont la qualité s’améliorera de cette manière;

• la technique nécessaire pour atteindre la qualité de ippatsu hitto est recherchée (une seule technique portée suffit pour mettre l’adversaire K.O.): on parvient ainsi à la substance même du karate, tout en n’oubliant pas le sundome;

• avec un tel règlement gagner ou perdre un combat se fait très rapidement. La perte d’énergie est ainsi réduire et le compétiteur peut garder jusqu’à la finale la qualité de sa technique. Comme la fatigue est moindre, les compétiteurs perdent d’autant moins leur contrôle et les accidents diminuent en conséquence;

• le compétiteur doit exceller autant par son esprit que par sa technique et éviter de blesser son adversaire; on lui demande de se maîtriser parfaitement, mentalement et physiquement, et d’exercer 100% de contrôle.

Ma conviction est que l’essence et l’apogée du karatedo résident dans le dépassement des notions de «gagné» ou «perdu». Pour arriver à ce point du chemin, il faut passer par un entraînement très dur et par le désir de gagner absolument, puisque c’est le principe d’un tournoi. C’est par cette discipline et cet état d’esprit que toutes les techniques tendront finalement vers l’acquisition d’un niveau d’esprit sacré. Ce niveau d’esprit ne peut être atteint qu’avec beaucoup d’entraînements et beaucoup de compétitions, en gardant en tête que la victoire est une étape importante.

La pratique du kata permet, quant à elle, d’atteindre le domaine intérieur; le domaine du coeur. Lorsque ces techniques profondes et importantes sont bien pratiquées, on assiste à un combat coeur à coeur.

C’est dans cette confrontation de personnalités que se trouve le charme et la beauté de la compétition qui ne se limite pas à la technique, la vitesse et la force. La force spirituelle permet aussi de tirer les techniques vers le haut.

Lorsque l’on gagne un combat, il ne faut montrer d’arrogance en se montrant fier. Si l’on perd, il ne faut pas se laisser abattre et penser qu’il s’agit d’une catastrophe. Et surtout, il ne faut pas se laisser aller à la critique: il est important de se sentir détaché de l’idée de victoire ou de perte. Le karatedo doit être pur et sacré.

Ippon shobu, c’est gagner ou perdre avec une seule technique: ce type de combat est semblable à la fleur de cerisier qui resplendit soudainement de tout son éclat, puis se fane subitement. Il est donc important de se préparer mentalement à la prochaine compétition dès maintenant: il n’y a jamais de point final au shobu.
 
Sensei Hiroshi Nakajima

Connexion